La Chambre a réalisé une grande enquête nationale, réalisée sur un échantillon de 6 148 sophrologues, afin de mieux comprendre les pourtours du métier et des réalités de l’activité. Cette enquête aux résultats extrêmement encourageants, contribuera à la reconnaissance du métier auprès des pouvoirs publics.

Une clientèle jeune et bien orientée

La méthode semble séduire incontestablement une majorité de femmes. Elles sont 96 % à consulter contre 4 % pour les hommes.

Les tranches d’âge 31-40 (35 %) et 41-50 ans (41 %) sont quant à elles, les plus nombreuses à bénéficier des services des sophrologues.

Enfin, concernant la provenance de la clientèle, le bouche-à-oreille (88%), les annuaires professionnels (54%) et la prescription des médecins (41%) semblent particulièrement fonctionner pour orienter le grand public vers les sophrologues.

En conclusion, même si la clientèle évolue, s’élargit et se diversifie davantage, les origines des consultations restent classiques. En effet, le bouche-à-oreille reste LE moyen de communiquer indémodable. Il est le plus efficace et le moins cher.

Néanmoins, n’oublions pas les annuaires spécialisés qui se démocratisent et qui sont de plus en plus consultés. C’est d’ailleurs pourquoi la Chambre a récemment sorti son nouvel annuaire. En effet, cet outil garantit une meilleure visibilité sur le web.

Une clientèle qui ne cesse de s’élargir et qui laisse présager de beaux jours à la profession.

Pour découvrir le détail des résultats, cliquer ici.