La Chambre a réalisé une grande enquête nationale, réalisée sur un échantillon de 6 148 sophrologues, afin de mieux comprendre les pourtours du métier et des réalités de l’activité. Cette enquête aux résultats extrêmement encourageants, contribuera à la reconnaissance du métier auprès des pouvoirs publics.

L’impact du COVID-19

La Chambre Syndicale de la Sophrologie permet aux professionnels de la sophrologie de s’exprimer sur l’impact de cette crise inédite. Cette enquête met donc en lumière l’adaptabilité du secteur d’activité.

73 % des Sophrologues sont parvenus à maintenir leur activité malgré la crise sanitaire. Le secteur semble être donc particulièrement résiliant d’autant que l’activité a subi de plein fouet, et à plusieurs reprises, la fermeture des cabinets libéraux.

Cette enquête met donc en lumière l’incroyable adaptabilité des sophrologues qui ont su repenser leur activité et ont mis en place des moyens alternatifs pour poursuivre leurs séances.

En effet, 63 % se mettent à la vidéoconférence, 18 % préparent des rendez-vous téléphoniques et 26 % se rendent au domicile des clients.

En conclusion, la crise a su être transformée en opportunité pour une grande majorité des sophrologues avec le développement de nouvelles technologies au sein de leur activité. Cette nouveauté pourrait d’ailleurs amener les sophrologues à dépasser les frontières de leur implantation géographique, une innovation de taille pour le développement de leur activité.

Une prochaine enquête le confirmera sans doute.

Pour découvrir le détail des résultats de l’enquête, cliquer ici.