La Chambre a réalisé une grande enquête nationale, réalisée sur un échantillon de 6 148 sophrologues, afin de mieux comprendre les pourtours du métier et des réalités de l’activité. Cette enquête aux résultats extrêmement encourageants, contribuera à la reconnaissance du métier auprès des pouvoirs publics.

Le profil type du sophrologue

La population des sophrologues a-t-elle évolué ces dernières années ? L’enquête est l’occasion de mettre à jour les données existantes à ce sujet.

Il en ressort que la population des sophrologues reste sensiblement la même, majoritairement féminine à 89%, contre 11 % d’hommes. L’âge moyen tout sexe confondu étant de 47 ans.

Par ailleurs, l’enquête montre que les personnes qui ont choisi de s’orienter vers ce métier proviennent de secteurs très divers avec des cursus scolaires très variés. On note une légère prédominance du secteur médial-paramédical à 19 %.

On constate également une mixité des parcours scolaires. En effet, 55% des sophrologues ont un niveau d’étude supérieur à Bac+2 tandis que 45% ont un niveau équivalent ou inférieur avant formation.

Cette donnée met donc en exergue la possibilité d’accéder à une profession. Des atouts incontestables dans une démarche de reconversion.

En conclusion, le métier de sophrologue continue de séduire les Français, et notamment les femmes, qui n’hésitent pas à changer de statut professionnel pour trouver un épanouissement personnel. Ce métier fait majoritairement suite à une reconversion professionnelle et démontre la maturité de ce changement.

Pour découvrir le détail des résultats de l’enquête, cliquer ici.