Le Ministère des Solidarités et de la Santé a commandé un rapport rendu public il y a quelques jours sur l’efficacité et la sécurité de la Sophrologie à l’INSERM (Institut National de La Santé et de la Recherche Médicale).

Ce rapport permet ainsi de poser un regard extérieur sur la sophrologie faisant suite à l’engouement et l’intérêt croissant du grand public.

En effet, bien que mitigé, il permet de mettre en lumière les grandes avancées réalisées dans le secteur de la Sophrologie, mais aussi les axes d’amélioration.

Cette étude pointe le manque de données et d’études scientifiques permettant d’asseoir l’efficacité et la sécurité de la méthode mais également l’absence d’un cadre légal et réglementaire.

Il en résulte qu’il serait donc essentiel de pallier cette lacune et d’encadrer cette méthode à la racine, à savoir dès la formation professionnelle afin d’harmoniser les pratiques permettant ainsi la création d’un socle commun pour des recherches de qualité.

En conclusion, ce rapport en demi-teinte permet néanmoins de montrer l’intérêt naissant du Ministère de la Santé pour la Sophrologie, et contribue à sa reconnaissance.

À ce titre, la Chambre remercie tous les participants à cette étude et avant tout les autorités de Santé qui l’ont diligentée.

Il en revient à tous de participer à cette amélioration et c’est le sens de la réponse de Catherine Aliotta, Présidente de la Chambre sur ce sujet (lire sa réponse).

Pour consulter le rapport complet de l’INSERM, cliquer ici.